ALBERT, chanson rock libertaire

forum du groupe ALBERT
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JB Deix
Admin


Nombre de messages : 140
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Lun 5 Déc - 16:43

Vous trouverez ci-dessous, les paroles du deuxième album du groupe, "L'Odyssée en Amnésie" dans l'ordre dans lequel elles apparaissent sur l'album.

Bonne lecture.

L'air con.

J'eusse aimé tant de vous sans emphase,
Que vous m'apprîtes les subtilités
Du verbe haut, de la belle phrase,
Sans me damner, sans me damner.

Pour la condamnation n'est - il pas
Pour la condamnation n'est - il pas
La damnation du con.

Que vous eussiez usé de vos armes
Pour orienter ma maigre expérience
A malaxer cet intime charme
Pour cette science, pour cette science.

Pour la conscience n'est - il pas
Pour la conscience n'est - il pas
La science du con ?

Pour n'avoir pas à l'instant propice
Su infléchir ma grandiloquence
Rangez au compte du discourtois vice
Mes doléances, mes doléances.

Pour les condoléances n'est – il pas
Pour les condoléances n'est – il pas
Les doléances du con ?

Les règles souffrent, sans que divergent
Quelque exeption indélicate,
Alors la langue elle gamberge
Elle se tâte, elle se tâte.

Pour la constatation n'est – il pas
Pour la constatation n'est – il pas
Le tâtement du con.


Eût – il fallu de poussées études
Des rendez-vous et des corrections
Même si jamais le labeur n'élude
La vocation, la vocation.

Pour la convocation n'est – il pas
Pour la convocation n'est – il pas
La vocation du con ?

Que ce petit air vous soit gré
De rire de mes provocations,
Mes mots ne sont en vérité
Qu'une attraction, qu'une attraction.

Pour leurs contractions n'est – il pas
Pour leurs contractions n'est – il pas
Des contractions de cons.

Car les subtilités d'une langue
Qu'elle fût de bois ou d'érudition
Est de tenir pour que rien ne tangue
sa position,sa position.

Pour la composition n'est – il pas
Pour la composition n'est – il pas
La position du con.

Pour la compréhension n'est-il pas,
Pour la compréhension n'est-il pas ?
La préhension du con.
Pour la compréhension n'est-il pas,
Pour la compréhension n'est-il pas ?
L'appréhension des cons.

_________________
"BOOK OR DIE"


Dernière édition par le Mar 5 Sep - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jbdeix
JB Deix
Admin


Nombre de messages : 140
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Lun 5 Déc - 16:45

Mes derniers repentirs

Que n'existe-t-il pas
Aussi con que la lune
Un couple de bourgeois
M'invitant sans rancune ?

Quand bien même mon hôte
Eut haï mon travail
J'acceptai de la Haute
Qu'elle m'offrit ses victuailles.

"Sachons bon gré à vous
De n'être point de ceux
-Me lance sitôt l'époux-
Qui n'aiment que les gueux."

Patientez au buffet,
Prenez quelques douceurs,
Ma chère est aux apprêts
Mais descend tout à l'heure.

Malséant eut été …

Soudain vint à s'extraire
D'un tas de vieux gaullistes
Une sorte de laitière
A faire bander le Christ.

Et dussé-je jamais
Plus ne tirer mon cou-
-teau de la poitrinai-
-re angine qui me secoue

je rêve sans complexe
la lame dans le cœur
de tater le latex
des seins provocateurs.

Ce cuir si laiteux
Même le bourrelier
Se fût penché, parbleu
Cent fois sur son métier.

Dressant l'oreille entre autre
Vers la fière nourrice
Autant elle se vautre
Qu'une capilicultrice.

Quand bien même fut-elle
Plus con qu'un calamar
La tête de cheptel
Me broute du regard.

Mais quel splendide cul-
-ture fis-je donc à l'endroit
de celle qui stimule
le saint homme sur sa croix.

Las, je ne suis pas bonze
Emu par trop de saints
Que dans une aube en bronze
L'on ouïrait le tocsin.



Plus prompt à m'imbiber
Qu'à faire des courbettes
D'une main je taquinai
Les pis de la Blanchette.

"Soyez mienne ma mie"
dis-je donc au sac à bouse.
Que vous êtes jolie
Que vous me semblez douce.

Avec force conscience
J'entrepris l'effeuillage
Au point même que la science
Eut envié mon dosage.

Aux avances j'ai cédé
Du plantureux poitrail
En quête de tromboner
Ma tête de bétail.

Retrouvant aussitôt
Avec exactitude
Des gestes ancestraux
Tombés en désuétude,

Et tenant à distance
Les mâles en respect
J'expulsai l'assistance,
Aux confins de mes terres

De Malt ammoniaqué
J'éclaboussai viril
Marqueteries et parquets
D'un cercle indélébile.

La toute fin de l'histoire
Appelle à la décence.
Mais quel coup de boutoir
Fait dans la bienséance !

Malséant eut-été
De ne point inflèchir
Au whisky j'excusai
Mes derniers repentirs.

_________________
"BOOK OR DIE"


Dernière édition par le Ven 9 Juin - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jbdeix
JB Deix
Admin


Nombre de messages : 140
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Lun 5 Déc - 16:46

L'Odyssée en Amnésie

Des sabres d’écumes transpercent par vagues
Cette fine fêlure cachée sous l’écorce,
Et je meurs doucement de ces perfides dagues
Dissimulées dans l’ombre où la pompe s’amorce.

Cette plaie que je panse dévide sans complexe
Un sang d’encre séchée sur des pages moisies,
Comme mise en suspens l’épée de Damoclès
Traverse la brume de mon pays transi.

De ces terres d’insomnie remonte du ressac
Ce crabe rutilant qui me ronge les os
Et déchire mes apnées en rêves insomniaques
Je roule sous la marée des piques de Chronos.

Dans ce miroir aux âmes comme le phare aveugle
Et replonge dans l’ombre les côtes dévastées
Tu as cru voir au fond un Oedipe qui meugle
Arrachant des parois les traces du passé.


Mais on ne quitte pas ses terres infanticides
Théâtre meurtrier sans loi ni balles à blanc,
Mieux vaut risquer se faire trancher la carotide
Que planter dans le dos par ses frères de sang.

Ces fielleuses couleuvres qui traversent ma nuit
Et pénètrent mes os pour me changer en pierre,
Ces langues de vipères que la haine consume
Et fige en aiguillon l’impasse casanière.

Car il n’est pas d’absence que l’envie ne comble
Pour peu qu’on ai laissé l’empreinte de ses pas
Sur le sol détrempé des panses archicombles
En désirs avinés des fientes de ténias.

Dans ce royaume aux mortes et putrides viscères
Transpercé du reflet écorché de la croûte,
Tu as cru voir au fond le regard d’un Cerbère
Te pétrifier le sang, tendu en arc-boute.


Du pillage de biens en fallacieux procès
Le poison est souvent le meilleur antidote,
Libérant dans la gorge les maux de ces abcès
Que l’on crève en saignées comme on débouche les chiottes.

Et moi j’aime pisser sur les statues de sel
De ces lâches complices pris dans le chloroforme,
Des brumes de ma terre où la bise mortelle
Dépose sur les lèvres le fiel ombelliforme.

Comme pour l’arsenic en doses quotidiennes
J’entretiens la fêlure d’une lame experte,
De l’écume des traîtres, de la bave des hyènes
Cette blessure à l’âme à jamais entrouverte.

Dans cet antre d’Hadès il bat dans le plexus
Comme un scorpion piégé et tu sais mon amour
Qui as vu la morsure de mon bel infarctus
Qu’il n’y a pas pour moi de voyage retour.

Il n’y a pas pour moi de voyage retour.

_________________
"BOOK OR DIE"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jbdeix
JB Deix
Admin


Nombre de messages : 140
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Lun 5 Déc - 16:53

L'étouffe chrétien

Sous tes doigts inconstants, petiote
Tu te délasses.
Je te vois déjà qui gigote
Et qui rêvasse
A digérer ma polyglotte
Toutes ces rumeurs de paroisses,
Qui font rougir les bigotes
Quand je t’embrasse.

Moi, quel lapsus ! je décalotte
Curés en chasse.
Elle, sûre, déboule et asticote
Cette populace ;
En tête-à-queues elle sabote
Acculée au spectre cocasse,
Les pieux qui exhibent la marotte
De la menace.

Fini des pratiques dévotes
Que l’on ressasse.
A ne pas porter la culotte,
Les désirs croissent
De ne plus suivre que la carotte,
Un sex-appeal pour les audaces.
Sur les barricades elle complote
De bonne grâce.

Ton désir à toi sans-culotte
Se juge en place.
Si l’effet se perd dans la parlote
Que ça te lasse !
Et puisque tu n’es pas manchote
Pour décréter que ça t’agace
L’objet dans son fondement tremblote
Jusqu’à l’impasse.

Sourd aux prières à t’asticot-
-er l’ananas
toi mon curé t'es prêt à saut-
-er la crevasse.
Une bible à la place du cerveau t’
Incite à serrer la culasse
Aux enfants de chœur que tu tripotes
Sous ta besace.

Ma liberté c’est l’antidote
en lieu et place
des interdits que l’on dégotte
sous la paillasse
de ces croyances indévotes
et comme ton exemple me froisse
ton Dieu n’a qu’a s’faire voir aux chiottes
par contumace.

Je rêve d’un train que je pilote
Vers ma bombasse.
Que sans crier gare je pivote
Dans ton impasse.
Là je m’ébranle vers la grotte,
La fière entrée de ton palace
Où pour monter je numérote
d’un doigt vorace.

Mais trop pressé mon doigt tremblote
Et tout se casse ;
Si où elle habite ça clignote
C’est pas senssass.
Elle n’avalera pas ma petiote
Qu’à quelques pouces je m’efface.
Je l’entends pipoter mes potes
Que je m’encrasse.

Dans tes séminaires de presbytes
La paille dans l’œil de ton prochain
S’il ne s’agit du bon orbite
Se change vite en étouffe-chrétien
Qu’elle enfle ta mauvaise phlébite
A te faire perdre ton latin.
Tu me condamnes moi je décapite
Ton Dieu et tout le St-Frusquin.

_________________
"BOOK OR DIE"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jbdeix
JB Deix
Admin


Nombre de messages : 140
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Lun 5 Déc - 17:00

Méphisto

Fais gaffe à toi, mon grand couillon
Mon sauvageon.
Faut plus qu'un nom à particule
Pour qu'on t'adule.

Si tu t'appelles De Nazareth
Là je t'arrête.
Ton père a dû fumer l'amiante
sous ses charpentes.

Alors la ramène pas conard
En superstar.
Ta mère en string avec au lit
Le Saint Esprit.

Jésus Sanchez Ramirez
Si tu me baises
Je dénoncerai Marie-salope
A Jo la Clope.

Et si tu tires, moi je pointe
… Méphisto

Pour impressionner les gonzesses
C'est la grand' messe
Tu baragouines des patenôtres
En bon apôtre.

Surveille ton cul dans tes partouzes
Car ils sont tous
A te souhaiter le 7eme ciel
Tes chiens fidèles.

Que serais-tu sans l'habit de prêtre
Ni Dieu, ni maître,
Dusses-tu multiplier par deux
Ton besogneux.

Elle a bon dos la religion
Pour l'érection.
Pose ce fusil qui dissimule
Tes testicules.


Et si tu tires, moi je pointe
… Méphisto

Pour cacher tes odeurs de fosses
Quel Sacerdoce,
Tes couronnes d'épines érigées
En barbelés.

D'un chibre comme d'un puits de pétrole
Il dégringole
Le sang de ces Terres Promises
Par ton Moïse.

Elle est stérile ta semence
Mais elle compense
La frustration de n'être que
Fils de Dieu.

Et tu dissimules ton complexe
Sous un cache-sexe,
Mais la gangrène s'amoncelle
Sous tes dentelles.

Et si tu tires, moi je pointe
… Méphisto

Ce soir à table soyez à l’aise,
Quelle belle ascèse,
A vous goinfrer à pleines louches
De bouche en bouche.

C'est du pain béni cette aurore
Sur tous ces corps
Baignant tout un moyen Orient
En rouge sang.

Fais gaffe à toi mon grand couillon
Mon sauvageon,
Pas un pour rattraper les autres,
Chez tes apôtres.

Tu n'iras pas au Panthéon
Mon pauvre con
Tu vas mouiller ton Bermuda,
Les bras en croix…

_________________
"BOOK OR DIE"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jbdeix
JB Deix
Admin


Nombre de messages : 140
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Lun 5 Déc - 17:02

Blonde

Si n'en doutons point une seconde
Certaines sont de fieffées salopes,
concédons certes à la blonde
qu'elle est moins con que philanthrope.

Oui, celle qui regarde le doigt
Quand celui-ci montre la lune
Pour peu qu'elle fût du reste à droi-
-te n'est jamais ni rousse ni brune.

Peu d'entre vous, pourquoi le taire
N'eussent exposé en sacrifice
un cul au bras d'un grabataire
Se tamponnant les orifices…

De ce qu'on peut bien dire ou entendre;
Que le vieux est riche et cocu,
Mais pas question de sous entendre
Que la blonde pense avec… son cul. …Soit.

Quant à parler du vieux croulant,
S'il tire ses dernières cartouches,
Il prouve que l'odeur de l'argent
Peut attirer sorte de mouche ?

Mais pas plus de diptères platines
Au jargon entomologique
Que de mouches exhibant pour hymne
Des accents monosyllabiques !

"Quoi han c'est çui qui dit qui y est,
répondrait la jeune blondasse,
toutes jalouses de mes fes-
-ses, mais moi en gym je suis vorace !"

comme excepté dans une chambre
je condamne toute forme de sport
j'assume qu'un - sans m'étendre-
bon sportif est un sportif … mort. … Soit.



Supposons l'espace d'un instant
Que l'argenté débris périsse,
A qui donc le testament
Eût apporté ses bénéfices ?

Si la veuve désormais s'affiche,
Nul doute qu'elle fût sur la liste,
Aussi voyante que le caniche
Qu'elle porte comme un appendice.

Mais si je la trouve épleurée
Dans les bras du fils du défunt,
Il m'est plaisant de parier
Que le vieux fût le plus malin.

A ce jeu il serait facile
Mais loin de moi tous ces potins,
D'accuser la gérontophile
Si je le fais c'est fort contraint. …Soit .

Concédons ainsi aux ragots
Qu'il eût rendu honteux pour sûr,
Bien des bâtons de Maréchaux
Car le vieux bandait encore dur.

'lors n'aurait-il eût pire idée
de s'auto-supprimer ainsi
dans une malle mise sous scellés
car souffrant de claustrophobie.

Pire tranché qu'une mortadelle
Mais j'arrête les rapports scabreux
Lui qui vouait à la rondelle
Toute la passion d'un maître-queux.

C’est ainsi l'analphabéte,
De tout son Q.I paniquée
Avoue sous ordre de l'ancêtre,
Avoir fermé la malle à clé ! …Soit .

_________________
"BOOK OR DIE"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jbdeix
JB Deix
Admin


Nombre de messages : 140
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Lun 5 Déc - 17:03

Un Géronticide

Plus qu'une orange à Noël,
J'ai une chose à sa mesure,
Si en taureau je l'écartèle
Au Salon de l'agriculture.

Pour peu qu'il fût en prime ministre
Serrant des mains à qui mieux-mieux,
Tout en tâtant le vilain cuistre,
Mes arguments avantageux.

Confondant ainsi je suppose
Sans quoi il n'eût-été moral,
Une mamelle de lactose
Avec mes parties génitales.

Comme je n'aime pas les touche-à-tout
Et spécialement de cette espèce,
Un coup de corne par dessous
Et l'habit d'apparat s'affaisse.

Dévoilant ainsi au public
Qu'il n'est pas dans la démesure
Que l'appareil politique
N'est pas mieux loti par nature.

Il crie, il tempête
Comme s'agissant de ses bourses,
Qu'il a toujours haï en fait
Tout ce qui ne côte pas en bourse.

Que le peuple est un mammouth
Que l'on dégraisse à coup d'impôts,
Pour s'octroyer en plein mois d'août,
Deux fois son solde de facto.


Poussant la franche rigolade
Jusqu'à sévir à la rentrée,
Car faute de dégringolade,
On ne peut pas vous augmenter.

Quel plaisir de voir le troupeau
Ça rappelle un peu le jura
Se rassembler par monts-et –vaux
Sous les fenêtres du Sénat.

Y a toujours une brebis galeuse
Qui pensant sauver son emploi
S'en retournera à la pointeuse
Pour ses intérêts immédiats.

Le peuple est le dindon de la farce,
Plus on le bourre, moins il s'énerve,
En divisant ces fils de garces,
Ça n'est plus la rue qui gouverne.

S'agissant de révolution
On peut pourtant envisager
Que l'abstention aux élections
Pourrait un jour tout renverser.

Comme ça n'est pas au vieux singe
Qu'on apprend à faire la grimace,
Je serai loin avant qu'on me lynche,
Ou même bouffé par les limaces.

Jugeant qu'il serait injuste
De ne lui baiser la rosace,
Je le remerciait un peu fruste,
Et le vieux singe fît une grimace.

_________________
"BOOK OR DIE"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jbdeix
JB Deix
Admin


Nombre de messages : 140
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Lun 5 Déc - 17:03

Va te faire foutre

Que diable la nature, éprise de perfection
Laissa tant de vices pro-liférer à foison ?
Comment est-il possible sans risquer l'asphyxie
D'avoir chez un seul être autant de connerie ?

La nature est blagueuse mais j'attire l'attention
Car il y a des limites à la provocation.
Comment a t-elle donc pu elle qui déteste qu'on
La comparât au vide, laisser naître un tel con !

Va te faire foutre.

Je ne vois d'autres issues que par les amygdales
Pour ce fieffé déchet des parties génitales
Car il n'eût été viable par les voies utérines
Quand bien même fut-il terminé à l'urine.

Alors admettons qu'il fût poussé au doigt
Puis enrôlé de force, de manière hors-la-loi
Comment cette mauvaise graine, cette larve en natation
A pu faire la nique à semblable légion ?

Va te faire foutre.

Car arriver premier sur tant de prétendants
Relève du miracle ou bien du guet-apens
D'autant qu'il est pour sûr, malaxant sans vergogne
Bientôt presque manchot, à se muscler la pogne.

Comme se raccrochant à, sa seule vraie compagne,
Toutes proportions gardées pour son mât de cocagne,
Il aurait dû en fait tourner pendant des heures
Comme un vieux Pédalo qui n'aurait qu'un flotteur.

Va te faire foutre.

Sous l'effet naturel de la queue s'allongeant
L'impatience est la mère des pires tire-au-flanc
Il a dû prendre en fait, cet avorton de vessie,
La place du premier, sous prétexte d'arythmie.

Il est même probable qu'il ne fît une brasse
Le départ donné, soudoyant ses comparses
Agrippé à leurs flanc ou que ne sais-je en plus
Tous les coups sont permis pour gagner l'utérus.

Va te faire foutre.

Il m'est inconcevable et pour tout dire affreux
Qu'il en vînt de la nature ou de n'importe quel Dieu
Dans le seul but d'en rire de remplir tel cloaque
De ce tas de connerie monté d'une tête à claques.

Mais plus ignoble encore d'imaginer la chose
Exempt de tricherie, nageant tel un virtuose
Il me faut du courage et un effort soigné
Pour essayer de voir la gueule du dernier.

Va te faire foutre.

_________________
"BOOK OR DIE"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jbdeix
JB Deix
Admin


Nombre de messages : 140
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Lun 5 Déc - 17:04

L'imposteur

Il ne faut jamais jurer de rien tu vois,
Souvent les jours effacent les plus beaux serments
Le mien je l'avais gardé au fond des dents
Je ne l'ai pas avalé et je pars.

Alors je me retrouve le cul par terre
A me demander ce que je fous là sans cesse.
A tenter de t'expliquer pourquoi
Je fous le camp dès qu'on met sa confiance en moi.


Aujourd'hui je te quitte sans trop de scrupules
Prisonnier comme un sale cafard.
Comme si ces années à m'échouer sur tes draps,
Je les avais toutes gravées sur le mur.

Même si je n'ai jamais juré de rien,
je pensais que ça viendrait enfin à la longue.
Qu'avec un peu de temps et de compréhension
Je finirais bien par en être certain.


Je suis coupable de ne t'avoir pas prévenue
De n'avoir rien fait pour éveiller tes soupçons.
De t'avoir fait croire pendant des lustres
Que je ne suis pas vraiment comme tous ces cons.

Et de cela c'est tout je veux être fier
D'avoir essayer d'être ton homme entier.
Je flanche à la fin comme un imposteur
Et referme le porte en douceur.



Sans un prétexte, sans une haine
Sans rien avoir à te cracher à la figure
Je jette juste l'éponge sur
L'idée que je t'aime.

_________________
"BOOK OR DIE"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jbdeix
JB Deix
Admin


Nombre de messages : 140
Age : 34
Date d'inscription : 20/11/2005

MessageSujet: Re: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Lun 5 Déc - 17:06

L'anesthésiant venin

Celui qui perd des deux,
Le premier qui s'éteint,
Au jeu du sauve-qui –peut
A gagné haut -la –main

Il est loin le temps de
"je te tiens, tu me tiens"
mon amour, pour nous deux
continue ton chemin.

N'oublie pas de ne te
Souvenir de rien.

Celui qui perd des deux,
Le premier qui s'éteint,
Au jeu du sauve-qui –peut
A gagné haut -la –main

Le dernier de nous deux,
Celui-là rira bien.
Qu'il s'injecte un peu de
L'anesthésiant venin.

N'oublie pas de ne te
Souvenir de rien.

N'oublie pas de.

_________________
"BOOK OR DIE"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/jbdeix
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"   Aujourd'hui à 20:41

Revenir en haut Aller en bas
 
Paroles de l'album "L'Odyssée en Amnésie"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les paroles de l'album Point de Suture...
» Les textes de l'album "JAMAIS SEUL"
» Le 2e album de MIKA, "The Boy Who Knew Too Much"
» Meilleurs morceaux des années 2000
» DUO avec Stan "La débâcle des sentiments"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALBERT, chanson rock libertaire :: ALBERT :: Paroles et Musiques-
Sauter vers: